L'éolien en 12 questions


Beaucoup de rumeurs circulent sur l’énergie éolienne. Il est donc utile de rappeler les vérités :

1 - Quelle est la production d'une éolienne ?

La quantité d'électricité produite par une éolienne s'exprime en kilowattheures et dépend du nombre d'heures de vent auquel elle est soumise. La production d'une éolienne varie donc en fonction du site sur lequel elle est implantée.
Prenons l'exemple d'une éolienne de 3 MW. Elle produit à pleine puissance 3000 kWh par heure. Un site moyen est venté environ 2400 h/an.
En moyenne, une éolienne de 3 MW produit donc environ 7 200 000 kWh / an, soit une production annuelle équivalent à la consommation de 2600 ménages. Et tout cela sans polluer !

2 - L'éolien seul peut-il suffire à la consommation française ?

Les objectifs du gouvernement ne sont pas de produire toute notre énergie avec les seules éoliennes, mais de mettre en place un bouquet énergétique composé de 3 sources de production :


  • L'énergie de base avec le nucléaire

  • L'énergie de pointe avec les centrales thermiques polluantes mais dont l'avantage est de répondre rapidement aux pics de consommations

  • Les énergies renouvelables, intermittentes qui devraient représenter à l'horizon 2030 40% de notre production électrique objectif issu de la loi sur la transition énergétique 2015.




La stratégie consiste à utiliser en priorité les énergies renouvelables pour la production et, lorsque celles-ci ne sont plus suffisantes, utiliser les énergies de pointes pour répondre à la demande complémentaire.
Au niveau national, il existe des régimes de vents différents (océanique, continental, méditerranéen) et les situations où toutes les éoliennes sont à l'arrêt par manque de vent sont rares.
Fin 2013, la part de la production éolienne dans la consommation électrique française était de 3,4% et devrait représenter 10% en 2020.

3 - L'énergie éolienne est-elle chère ?

Tous les coûts d'exploitation sont à la charge de l'exploitant. L'exploitant est rémunéré sur la vente de sa production. Il bénéficie d'une obligation d'achat par EDF pendant 10 ans au prix de 8,2 centimes d'euros par kWh (à comparer aux 10 centimes d'euros par kWh des nouveaux réacteurs nucléaires, cf ci-après), puis pendant les 5 années suivantes, le kWh produit est racheté par EDF entre 2,8 centimes d'euros et 8.2 centimes d'euros en fonction de la production du site. Au-delà de 15 ans, l'exploitant ne bénéficie plus de l'obligation d'achat par EDF. Sa production sera vendue au prix du marché.
Ce mécanisme d'obligation d'achat est financé par la CSPE, taxe prélevée sur la facture EDF des consommateurs. En 2015, elle est estimée à 957 millions d'euros pour l'éolien très largement derrière le photovoltaïque (source CRE).




Le financement de la CSPE est assuré à hauteur de 40% par les ménages.(source CRE)




En 2015, l'éolien représentera un coût prévisionnel de 382 millions d'euros pour les ménages. C'est le prix pour développer une énergie propre qui ne rejette pas de CO2 et qui inclus par ailleurs le démantèlement des installations en fin de vie.

Ce mécanisme d'obligation d'achat a été mis en place pour soutenir une nouvelle filière énergétique le temps pour elle d'arriver à maturité. C'est le cas de toutes les énergies qui ont été développées en France, y compris pour le nucléaire qui a été largement subventionné à son démarrage.

Ce mécanisme de soutien est cohérent avec le mode de financement des projets éoliens. Le financement des projets éoliens se fait par emprunt bancaire souvent pour une durée de 15 ans. Une fois le service de la dette remboursée (capital et intérêt), le parc éolien ne bénéficie plus de l'obligation d'achat.

Il est pertinent d'effectuer une comparaison avec le nucléaire dont on dit souvent, en partie à raison, qu'il est bon marché.

Si nous prenons le cas du nucléaire français, il faut distinguer deux situations :

  • Celle des centrales en production depuis plusieurs décennies qui ne supportent plus le coût du capital (remboursement de la dette et intérêt) et qui permettent à la France d'avoir une énergie à bas coût.

  • Celle des centrales de nouvelles générations (notamment EPR de Flamanville) en cours de construction qui supportent des coûts de plus en plus élevés nécessaires pour augmenter leur niveau de sécurité et qui supporteront le coût du capital.



Pour ce second cas, en juillet 2012, un rapport parlementaire sur le coût de l'électricité estimait le montant du MW produit par l'EPR entre 70 et 90 euros, reprenant l'estimation prudente que présentait la Cour des comptes début 2012.

Depuis, les coûts de fabrication de l'EPR ont encore été réévalués à la hausse (presque 9 milliards d'euros) et le montant estimé du MW produit serait supérieur à 100?/MWh. A titre de comparaison le prix de l'éolien est actuellement de 82?/MWh.

4 - Le réseau est-il adapté pour la production éolienne ?

Chaque région s'est dotée d'un schéma régional éolien qui définit des objectifs de développement pour l'énergie éolienne. Les nouvelles capacités à installer nécessitent effectivement des adaptations sur le réseau. C'est pour cette raison qu'un schéma régional de raccordement des énergies renouvelables a été mis en place pour définir les travaux nécessaires à l'accueil de ces nouveaux projets.

Ces travaux sur le réseau sont financés par les développeurs de projets éoliens. Les schémas de raccordement prévoient que le développeur paie un montant proportionnel à la puissance à raccorder. Ce montant dépend des régions en fonction des travaux prévus.

5 - Quelles sont les retombées économiques liées à l'installation d'une éolienne ?

Au niveau communal :


Un projet éolien est créateur de richesses pour la commune qui l'accueille. Elle perçoit des taxes et impôts qui lui permettent de réaliser des projets qu'elle n'aurait pas pu réaliser sans les revenus issus de l'industrie éolienne.

La commune n'est pas la seule à profiter de l'implantation d'un parc éolien. Les communautés de communes, le département et la région profitent également des taxes et impôts générés par les éoliennes.

Elles rapportent, pour 1 MW installé, environ 6 800 euros par an à la commune et la communauté de commune et 3 500 euros au département. Les propriétaires fonciers touchent de 2 000 à 3 000 euros par an et par éolienne implantée sur leur terrain. Ce revenu fixe est apprécié dans le secteur agricole soumis aux aléas des marchés mondiaux des matières premières.

Le développeur finance aussi des mesures compensatoires qui permettent d'améliorer le cadre de vie des riverains. Ces mesures doivent répondre à une logique de compensation des impacts du projet éolien.

Les projets éoliens deviennent des vecteurs d'investissement pour les particuliers. L'assouplissement des règles de financement participatif permet aux sociétés d'emprunter de l'argent aux particuliers intéressés en rémunérant à un taux très largement supérieure à celui du livret A. (4% à 7% en comparaison des 0.75% du livret). Ces placements sont limités à 1000 euros / personne.

Au niveau national :


Il permet de ralentir l'épuisement des réserves fossiles : Contrairement aux énergies fossiles polluantes (pétrole, gaz...) dont les stocks s'épuisent, le vent est une énergie propre et inépuisable.
L'industrie éolienne crée de l'emploi :


  • Des fabricants étrangers d'éoliennes s'installent en France

  • Des emplois sont créés pour la maintenance des éoliennes. Les fabricants implantent des centres de maintenance à proximité des parcs éoliens (à moins de 1 heure de route) pour assurer la maintenance des installations

  • Des emplois sont créés lors du chantier pour le transport des éléments jusqu'aux sites d'implantation, pour la création des chemins et des fondations, et pour la partie génie civil

  • Des emplois sont créés lors de la réalisation des études (notamment étude d'impact) qui font appel à des bureaux d'études locaux

6 - Quelle est sa durée de vie ?

L'exploitation d'une éolienne est prévue pour une durée de 20 à 30 ans. Mais alors qui démonte l'éolienne en fin de vie ?
Le décret du 26 aout 2011 stipule que la société exploitante est obligée de démanteler les installations à la fin de l'exploitation. Pour sécuriser cette obligation, le porteur du projet doit constituer des garanties financières à hauteur de 50 000 euros / éolienne pour assurer les opérations de démantèlement. Ces garanties financières sont consignées au démarrage du projet et ne peuvent pas être libérées avant d'avoir effectué le démantèlement.
De plus, les promesses de baux que nous signons avec les propriétaires contiennent des clauses qui notifient que le démantèlement est à la charge de notre société.

7 - Les éoliennes font-elles beaucoup de bruit ?



Le bruit produit par une éolienne à son pied est de 55 décibels (dB). Au niveau des habitations la loi impose 5 dB(A) de jour et 3 dB(A) de nuit par rapport aux habitations les plus proches soit 10 fois moins que le bruit ambiant dans une chambre à coucher ! Afin de respecter ces seuils il est réalisé en amont du projet :


  • Une campagne de mesure du bruit : pendant 2 semaines au niveau des maisons les plus proches du projet.

  • Une modélisation sur informatique des niveaux de bruit émergents produits par le parc éolien afin de respecter l'obligation sonore.





Après la mise en service, un bridage machine, voir l'arrêt de la machine à certaines heures peut être réalisé dans certains cas pour respecter les normes. L'ensemble de l'étude est contrôlé par des inspecteurs lors de l'instruction.

Par cette réglementation la tranquillité sonore des habitants est assurée.

8 - Les éoliennes sont-elles dangereuses pour la santé ?

Aujourd'hui la majorité de l'énergie produite dans le monde provient des énergies fossiles (charbon, gaz, nucléaire) avec des dangers pour la santé humaine et la planète très élevés (rejets toxiques, déchets radioactifs, catastrophes nucléaires)

Aucun problème de santé publique n'a jamais été relevé pour l'éolien alors qu'il y a des éoliennes depuis plus de 20 ans. Les matériaux utilisés : acier, fibre de verre, cuivre sont classiques. L'énergie éolienne ne pollue pas l'air et ne génère pas de déchets radioactifs dont le stockage se révèle problématique et dangereux sur des milliers d'années.

Ainsi la conclusion de l’ADEME est sans appel :

" Les aérogénérateurs produisent de l'électricité :

  • Sans dégrader la qualité de l'air

  • Sans polluer les eaux

  • Sans polluer les sols



Dans ce domaine et à l'échelon national, l'effet des parcs éoliens sur la santé humaine est bénéfique".

9 - Les éoliennes empiètent-elles sur les terres agricoles ?

Il faut environ 2000 m² pour l'implantation d'une éolienne, chemin d'accès à l'éolienne inclus. Cette surface représente généralement moins de 0.01% de la surface exploitée. Mais la surface utilisée est-elle condamnée ?

Non ! Avec l'obligation de démantèlement des installations en fin de vie, le terrain est remis en état et les terres peuvent être de nouveau cultivées.

Par comparaison, l'ensemble des moyens de production français est consommateur d'espace agricole. En effet, une centrale nucléaire, au-delà de l'espace consommé par l'implantation des réacteurs, produit une énergie abondante qu'il faut faire cheminer sur des centaines de kilomètres à l'aide de lignes hautes tensions dont chaque poteau génère une contrainte pour l'exploitant agricole.

A l'inverse, la production éolienne est décentralisée et la production est consommée localement.

10 - Les éoliennes font-elles fuir le gibier ?

Le gibier est principalement dérangé pendant la période de chantier qui dure environ 6 mois. La présence humaine, la circulation des engins de chantier et le bruit écartent le gibier du site.

Une fois le chantier terminé, lors de l'exploitation, il y a un phénomène d'accoutumance et le gibier n'est pas effrayé par les éoliennes en fonctionnement. Au même titre que les autoroutes font fuir le gibier pendant les travaux de chantier, lorsque celle-ci est mise en service, elle n'effraie pas le gibier qui s'en approche parfois d'un peu trop prêt !

11 - L'éolien fait-il baisser le prix de l'immobilier ?

Avec le recul, il apparait que le prix de l'immobilier n'est pas impacté par les éoliennes. Même s'il est évident qu'une personne n'aimant pas les éoliennes n'ira pas acheter une maison avec vue sur un parc éolien, de très nombreuses personnes n'en sont pas dérangées. De plus, avec le temps, les populations s'habituent de plus en plus à ces moulins modernes !

A titre d'exemple cet article tiré de la voix du nord illustre bien la neutralité de l'éolien sur l'immobilier Voir

12 - L'éolien est-il dangereux pour les oiseaux ?

Il est nécessaire de rappeler que les éoliennes créent moins de mortalité que les lignes hautes tensions et les collisions routières. Une étude américaine menée en 2005 a montré que les mortalités directes liées aux éoliennes étaient faibles.

Lors de la mise en route du projet, il est réalisé une étude d'impact qui inclus une étude écologique pour déterminer la sensibilité du site au regard des enjeux pour l'avifaune. Des ornithologues réalisent des visites sur sites (environ 20 visites pendant un an) aux périodes critiques (migration postnuptiale, prénuptiale, nicheur l'été). Ce diagnostic permet de déterminer la sensibilité du site.

Le projet d'implantation des éoliennes tient compte des sensibilités observées sur le site pour minimiser au maximum les impacts. Le porteur de projet met en place des mesures pour compenser les impacts résiduels éventuels. Ces mesures peuvent par exemple prendre la forme de jachères sur des parcelles agricoles afin de favoriser la reproduction et/ou l'alimentation de certaines espèces.

L’ÉOLIEN EN
12 QUESTIONS


Beaucoup de rumeurs circulent sur l’énergie éolienne. Il est donc utile de rappeler les vérités :

1 - Quelle est la production d'une éolienne ?

La quantité d'électricité produite par une éolienne s'exprime en kilowattheures et dépend du nombre d'heures de vent auquel elle est soumise. La production d'une éolienne varie donc en fonction du site sur lequel elle est implantée.
Prenons l'exemple d'une éolienne de 3 MW. Elle produit à pleine puissance 3000 kWh par heure. Un site moyen est venté environ 2400 h/an.
En moyenne, une éolienne de 3 MW produit donc environ 7 200 000 kWh / an, soit une production annuelle équivalent à la consommation de 2600 ménages. Et tout cela sans polluer !

2 - L'éolien seul peut-il suffire à la consommation française ?

Les objectifs du gouvernement ne sont pas de produire toute notre énergie avec les seules éoliennes, mais de mettre en place un bouquet énergétique composé de 3 sources de production :


  • L'énergie de base avec le nucléaire

  • L'énergie de pointe avec les centrales thermiques polluantes mais dont l'avantage est de répondre rapidement aux pics de consommations

  • Les énergies renouvelables, intermittentes qui devraient représenter à l'horizon 2030 40% de notre production électrique objectif issu de la loi sur la transition énergétique 2015.




La stratégie consiste à utiliser en priorité les énergies renouvelables pour la production et, lorsque celles-ci ne sont plus suffisantes, utiliser les énergies de pointes pour répondre à la demande complémentaire.
Au niveau national, il existe des régimes de vents différents (océanique, continental, méditerranéen) et les situations où toutes les éoliennes sont à l'arrêt par manque de vent sont rares.
Fin 2013, la part de la production éolienne dans la consommation électrique française était de 3,4% et devrait représenter 10% en 2020.

3 - L'énergie éolienne est-elle chère ?

Tous les coûts d'exploitation sont à la charge de l'exploitant. L'exploitant est rémunéré sur la vente de sa production. Il bénéficie d'une obligation d'achat par EDF pendant 10 ans au prix de 8,2 centimes d'euros par kWh (à comparer aux 10 centimes d'euros par kWh des nouveaux réacteurs nucléaires, cf ci-après), puis pendant les 5 années suivantes, le kWh produit est racheté par EDF entre 2,8 centimes d'euros et 8.2 centimes d'euros en fonction de la production du site. Au-delà de 15 ans, l'exploitant ne bénéficie plus de l'obligation d'achat par EDF. Sa production sera vendue au prix du marché.
Ce mécanisme d'obligation d'achat est financé par la CSPE, taxe prélevée sur la facture EDF des consommateurs. En 2015, elle est estimée à 957 millions d'euros pour l'éolien très largement derrière le photovoltaïque (source CRE).




Le financement de la CSPE est assuré à hauteur de 40% par les ménages.(source CRE)




En 2015, l'éolien représentera un coût prévisionnel de 382 millions d'euros pour les ménages. C'est le prix pour développer une énergie propre qui ne rejette pas de CO2 et qui inclus par ailleurs le démantèlement des installations en fin de vie.

Ce mécanisme d'obligation d'achat a été mis en place pour soutenir une nouvelle filière énergétique le temps pour elle d'arriver à maturité. C'est le cas de toutes les énergies qui ont été développées en France, y compris pour le nucléaire qui a été largement subventionné à son démarrage.

Ce mécanisme de soutien est cohérent avec le mode de financement des projets éoliens. Le financement des projets éoliens se fait par emprunt bancaire souvent pour une durée de 15 ans. Une fois le service de la dette remboursée (capital et intérêt), le parc éolien ne bénéficie plus de l'obligation d'achat.

Il est pertinent d'effectuer une comparaison avec le nucléaire dont on dit souvent, en partie à raison, qu'il est bon marché.

Si nous prenons le cas du nucléaire français, il faut distinguer deux situations :

  • Celle des centrales en production depuis plusieurs décennies qui ne supportent plus le coût du capital (remboursement de la dette et intérêt) et qui permettent à la France d'avoir une énergie à bas coût.

  • Celle des centrales de nouvelles générations (notamment EPR de Flamanville) en cours de construction qui supportent des coûts de plus en plus élevés nécessaires pour augmenter leur niveau de sécurité et qui supporteront le coût du capital.



Pour ce second cas, en juillet 2012, un rapport parlementaire sur le coût de l'électricité estimait le montant du MW produit par l'EPR entre 70 et 90 euros, reprenant l'estimation prudente que présentait la Cour des comptes début 2012.

Depuis, les coûts de fabrication de l'EPR ont encore été réévalués à la hausse (presque 9 milliards d'euros) et le montant estimé du MW produit serait supérieur à 100?/MWh. A titre de comparaison le prix de l'éolien est actuellement de 82?/MWh.

4 - Le réseau est-il adapté pour la production éolienne ?

Chaque région s'est dotée d'un schéma régional éolien qui définit des objectifs de développement pour l'énergie éolienne. Les nouvelles capacités à installer nécessitent effectivement des adaptations sur le réseau. C'est pour cette raison qu'un schéma régional de raccordement des énergies renouvelables a été mis en place pour définir les travaux nécessaires à l'accueil de ces nouveaux projets.

Ces travaux sur le réseau sont financés par les développeurs de projets éoliens. Les schémas de raccordement prévoient que le développeur paie un montant proportionnel à la puissance à raccorder. Ce montant dépend des régions en fonction des travaux prévus.

5 - Quelles sont les retombées économiques liées à l'installation d'une éolienne ?

Au niveau communal :


Un projet éolien est créateur de richesses pour la commune qui l'accueille. Elle perçoit des taxes et impôts qui lui permettent de réaliser des projets qu'elle n'aurait pas pu réaliser sans les revenus issus de l'industrie éolienne.

La commune n'est pas la seule à profiter de l'implantation d'un parc éolien. Les communautés de communes, le département et la région profitent également des taxes et impôts générés par les éoliennes.

Elles rapportent, pour 1 MW installé, environ 6 800 euros par an à la commune et la communauté de commune et 3 500 euros au département. Les propriétaires fonciers touchent de 2 000 à 3 000 euros par an et par éolienne implantée sur leur terrain. Ce revenu fixe est apprécié dans le secteur agricole soumis aux aléas des marchés mondiaux des matières premières.

Le développeur finance aussi des mesures compensatoires qui permettent d'améliorer le cadre de vie des riverains. Ces mesures doivent répondre à une logique de compensation des impacts du projet éolien.

Les projets éoliens deviennent des vecteurs d'investissement pour les particuliers. L'assouplissement des règles de financement participatif permet aux sociétés d'emprunter de l'argent aux particuliers intéressés en rémunérant à un taux très largement supérieure à celui du livret A. (4% à 7% en comparaison des 0.75% du livret). Ces placements sont limités à 1000 euros / personne.

Au niveau national :


Il permet de ralentir l'épuisement des réserves fossiles : Contrairement aux énergies fossiles polluantes (pétrole, gaz...) dont les stocks s'épuisent, le vent est une énergie propre et inépuisable.
L'industrie éolienne crée de l'emploi :


  • Des fabricants étrangers d'éoliennes s'installent en France

  • Des emplois sont créés pour la maintenance des éoliennes. Les fabricants implantent des centres de maintenance à proximité des parcs éoliens (à moins de 1 heure de route) pour assurer la maintenance des installations

  • Des emplois sont créés lors du chantier pour le transport des éléments jusqu'aux sites d'implantation, pour la création des chemins et des fondations, et pour la partie génie civil

  • Des emplois sont créés lors de la réalisation des études (notamment étude d'impact) qui font appel à des bureaux d'études locaux

6 - Quelle est sa durée de vie ?

L'exploitation d'une éolienne est prévue pour une durée de 20 à 30 ans. Mais alors qui démonte l'éolienne en fin de vie ?
Le décret du 26 aout 2011 stipule que la société exploitante est obligée de démanteler les installations à la fin de l'exploitation. Pour sécuriser cette obligation, le porteur du projet doit constituer des garanties financières à hauteur de 50 000 euros / éolienne pour assurer les opérations de démantèlement. Ces garanties financières sont consignées au démarrage du projet et ne peuvent pas être libérées avant d'avoir effectué le démantèlement.
De plus, les promesses de baux que nous signons avec les propriétaires contiennent des clauses qui notifient que le démantèlement est à la charge de notre société.

7 - Les éoliennes font-elles beaucoup de bruit ?



Le bruit produit par une éolienne à son pied est de 55 décibels (dB). Au niveau des habitations la loi impose 5 dB(A) de jour et 3 dB(A) de nuit par rapport aux habitations les plus proches soit 10 fois moins que le bruit ambiant dans une chambre à coucher ! Afin de respecter ces seuils il est réalisé en amont du projet :


  • Une campagne de mesure du bruit : pendant 2 semaines au niveau des maisons les plus proches du projet.

  • Une modélisation sur informatique des niveaux de bruit émergents produits par le parc éolien afin de respecter l'obligation sonore.





Après la mise en service, un bridage machine, voir l'arrêt de la machine à certaines heures peut être réalisé dans certains cas pour respecter les normes. L'ensemble de l'étude est contrôlé par des inspecteurs lors de l'instruction.

Par cette réglementation la tranquillité sonore des habitants est assurée.

8 - Les éoliennes sont-elles dangereuses pour la santé ?

Aujourd'hui la majorité de l'énergie produite dans le monde provient des énergies fossiles (charbon, gaz, nucléaire) avec des dangers pour la santé humaine et la planète très élevés (rejets toxiques, déchets radioactifs, catastrophes nucléaires)

Aucun problème de santé publique n'a jamais été relevé pour l'éolien alors qu'il y a des éoliennes depuis plus de 20 ans. Les matériaux utilisés : acier, fibre de verre, cuivre sont classiques. L'énergie éolienne ne pollue pas l'air et ne génère pas de déchets radioactifs dont le stockage se révèle problématique et dangereux sur des milliers d'années.

Ainsi la conclusion de l’ADEME est sans appel :

" Les aérogénérateurs produisent de l'électricité :

  • Sans dégrader la qualité de l'air

  • Sans polluer les eaux

  • Sans polluer les sols



Dans ce domaine et à l'échelon national, l'effet des parcs éoliens sur la santé humaine est bénéfique".

9 - Les éoliennes empiètent-elles sur les terres agricoles ?

Il faut environ 2000 m² pour l'implantation d'une éolienne, chemin d'accès à l'éolienne inclus. Cette surface représente généralement moins de 0.01% de la surface exploitée. Mais la surface utilisée est-elle condamnée ?

Non ! Avec l'obligation de démantèlement des installations en fin de vie, le terrain est remis en état et les terres peuvent être de nouveau cultivées.

Par comparaison, l'ensemble des moyens de production français est consommateur d'espace agricole. En effet, une centrale nucléaire, au-delà de l'espace consommé par l'implantation des réacteurs, produit une énergie abondante qu'il faut faire cheminer sur des centaines de kilomètres à l'aide de lignes hautes tensions dont chaque poteau génère une contrainte pour l'exploitant agricole.

A l'inverse, la production éolienne est décentralisée et la production est consommée localement.

10 - Les éoliennes font-elles fuir le gibier ?

Le gibier est principalement dérangé pendant la période de chantier qui dure environ 6 mois. La présence humaine, la circulation des engins de chantier et le bruit écartent le gibier du site.

Une fois le chantier terminé, lors de l'exploitation, il y a un phénomène d'accoutumance et le gibier n'est pas effrayé par les éoliennes en fonctionnement. Au même titre que les autoroutes font fuir le gibier pendant les travaux de chantier, lorsque celle-ci est mise en service, elle n'effraie pas le gibier qui s'en approche parfois d'un peu trop prêt !

11 - L'éolien fait-il baisser le prix de l'immobilier ?

Avec le recul, il apparait que le prix de l'immobilier n'est pas impacté par les éoliennes. Même s'il est évident qu'une personne n'aimant pas les éoliennes n'ira pas acheter une maison avec vue sur un parc éolien, de très nombreuses personnes n'en sont pas dérangées. De plus, avec le temps, les populations s'habituent de plus en plus à ces moulins modernes !

A titre d'exemple cet article tiré de la voix du nord illustre bien la neutralité de l'éolien sur l'immobilier Voir

12 - L'éolien est-il dangereux pour les oiseaux ?

Il est nécessaire de rappeler que les éoliennes créent moins de mortalité que les lignes hautes tensions et les collisions routières. Une étude américaine menée en 2005 a montré que les mortalités directes liées aux éoliennes étaient faibles.

Lors de la mise en route du projet, il est réalisé une étude d'impact qui inclus une étude écologique pour déterminer la sensibilité du site au regard des enjeux pour l'avifaune. Des ornithologues réalisent des visites sur sites (environ 20 visites pendant un an) aux périodes critiques (migration postnuptiale, prénuptiale, nicheur l'été). Ce diagnostic permet de déterminer la sensibilité du site.

Le projet d'implantation des éoliennes tient compte des sensibilités observées sur le site pour minimiser au maximum les impacts. Le porteur de projet met en place des mesures pour compenser les impacts résiduels éventuels. Ces mesures peuvent par exemple prendre la forme de jachères sur des parcelles agricoles afin de favoriser la reproduction et/ou l'alimentation de certaines espèces.