loader image

Besoin d’aide ?

Foire aux questions

Nous avons mis en place une FAQ qui devrait répondre à toutes les interrogations que vous pouvez avoir sur l’installation et l’exploitation des énergies renouvelables.

Questions fréquentes à propos d’ESCOFI

Quelles sont les expertises d’ESCOFI dans les énergies renouvelables ?

ESCOFI intervient sur le développement et l’exploitation de projets éoliens, photovoltaïques au sol et sur volières. Nous maîtrisons l’ensemble des étapes permettant d’aboutir à la réalisation de ce type de projets.

Dans quel zone géographique intervient ESCOFI ?

Nous sommes en mesure d’intervenir sur l’ensemble du territoire français en fonction du potentiel éolien ou solaire que nous identifions dans notre travail de recherche de sites.

Comment contacter ESCOFI ?

Vous pouvez nous contacter par téléphone au +33 3 27 21 99 20 ou par mail à l’adresse contact@escofi.fr. Vous pouvez aussi utiliser notre formulaire de contact.

Où se trouvent les bureaux d’ESCOFI ?

Nos 3 agences sont situées à Sars-et-Rosières, près de Lille, à Nantes et à Lyon. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter la page contact de ce site.

Questions fréquentes sur l’énergie éolienne

Quels sont les ordres de grandeur d’une éolienne terrestre ?

Aujourd’hui, la puissance d’une éolienne terrestre est comprise entre 2 et 6 MW  unitaire. Question hauteur, les modèles actuellement commercialisés sur le marché français mesurent entre 120 et 240 mètres de hauteur en bout de pales.

Où sont fabriquées les éoliennes ?

Si des industriels français se sont lancés au début des années 2000 dans la construction d’éoliennes, la politique de soutien du secteur était peu ambitieuse par rapport à nos voisins allemands et danois. Ainsi, la construction d’éoliennes repose aujourd’hui principalement sur cinq grands industriels :

  • VESTAS : entreprise danoise et leader européen ;
  • NORDEX : entreprise allemande
  • ENERCON : entreprise allemande
  • SIEMENS-GAMESA : entreprise espagnole qui a fusionné avec l’allemand SIEMENS
  • GENERAL ELECTRIC : entreprise américaine

Les constructeurs ne sont donc pas français mais européens et ont tous une division française. Ils sont principalement concepteurs et assembleurs mais n’assurent pas la production de tous les composants (pales, mâts, composants électroniques, etc.) de l’éolienne. Ces derniers sont produits en France par des entreprises françaises ; un secteur regroupant 4 500 emplois.

L’arrivée des premiers projets éoliens en mer a vu la construction de pôles industriels à Montoir-de-Bretagne (construction de nacelles) et au Havre (construction de pales). L’entreprise ENERCON fabrique une partie de ses mâts en béton en France (usine en Île de France).

Quelle est la réglementation acoustique applicable à l’éolien ?

Les parcs éoliens sont des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) et font l’objet d’une réglementation parmi les plus strictes d’Europe en matière d’émissions acoustiques. Notamment pour cette raison, nous missionnons des bureaux d’études indépendants qui s’assurent que nos projets éoliens respectent les exigences réglementaires en la matière. La finalité étant de maintenir un impact acoustique maîtrisé au sein de l’environnement d’implantation du projet.

L’Arrêté du 26 août 2011 constitue le texte réglementaire de référence en la matière. Il définit 3 dispositions acoustiques à respecter :

  • L’émergence sonore, qui caractérise la différence du niveau de bruit avec et sans les éoliennes, au sein d’une habitation située à proximité de la zone de projet (le bruit généré par les éoliennes ne doit pas créer une augmentation du niveau sonore initial de plus de 5 dBA de jour et de 3 dBA de nuit)
  • Les niveaux maximums sur le périmètre de l’installation (niveau de bruit mesuré à proximité des éoliennes)
  • L’absence de tonalité marquée (prédominance d’une fréquence par rapport aux autres, par exemple un sifflement)

Les éoliennes sont-elles recyclables ?

La turbine – tout comme les autres éléments qui composent un parc éolien – peut être démontée pour être réinstallée sur un autre site, ou bien recyclée si son usure est trop importante.

L’arrêté modificatif du 22 juin 2020 fixe des objectifs progressifs de recyclage et de valorisation après le démantèlement d’un parc éolien. Depuis le 1er janvier 2022, 90 % de la masse totale d’un aérogénérateur (fondations comprises) doit être réutilisée ou recyclée suite à son démantèlement. A compter de 2025,  cette part sera portée à 95 %.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Qu'en est-il de la remise en état du site en fin d’exploitation ?

Contrairement à une idée fréquemment relayées, les fondations des mâts éoliens doivent être entièrement retirées du sol. C’est une obligation qui a été ajoutée dans la réglementation française depuis le 22 juin 2020. Les fondations sont totalement excavées, évacuées puis valorisées. Les emprises du parc sont ensuite remises en état avec des terres de caractéristiques comparables à celles présentes initialement (arrêté du 22 juin 2020).

Qu'est-ce-que le facteur de charge ?

Le facteur de charge d’une installation de production électrique correspond au rapport entre l’énergie réellement produite durant une période donnée et l’énergie que cette même installation aurait pu générer si elle avait fonctionné à sa puissance maximale durant toute cette période.

Pourquoi les éoliennes sont-elles de plus en plus grandes ?

De manière générale, plus on gagne en hauteur, plus le vent est fort et régulier, ce qui constitue un critère important pour un fonctionnement optimal des éoliennes. C’est notamment pour cette raison qu’aujourd’hui, les éoliennes de petite taille (inférieure à 100 mètres) tendent à disparaitre au profit de turbines plus grandes. Les grandes turbines présentent aussi l’avantage de limiter la mortalité des espèces volant à basse altitude comme les chauves souris.

Question fréquentes sur l’énergie photovoltaïque/solaire

Quel est l’apport de l’énergie photovoltaïque en France ?

En 10 ans, entre 2011 et 2021, la puissance installée a été multipliée par 5 et la production annuelle sur la même période a été multipliée par 6. Ce taux de couverture ne cesse d’augmenter, avec l’amélioration des technologies et le déploiement des installations sur tout le territoire.

L’électricité d’origine photovoltaïque a représenté 3% de l’énergie électrique consommée en France en 2021.

Quelle est l’énergie fournie par une installation photovoltaïque au sol ?

Si l’on prend les ordres de grandeurs 1 kW (soit environ 5m² de panneaux orientés au sud) et un ensoleillement moyen de 1300 heures équivalent pleine puissance (soit l’ensoleillement moyen au niveau du Massif central), la production sur année équivaut à 1300 kWh.

C’est environ la moitié de la consommation électrique d’un français sur une année.

Quel est le coût financier d’une installation ?

Le prix des modules a été divisé par 10 en 10 ans, atteignant ces dernières années 0.2 €/W pour des installations de gosse puissance, permettant des économies d’échelles.

Ce prix ne prend pas en compte toutes les dépenses nécessaires à la centrale (onduleurs, transformateurs, chemins, câbles) ou au projet dans sa globalité (étude d’impact, loyers des propriétaires, compensation agricole ou naturelle…).

Au total, le prix d’une installation atteint 0.7€ /Wc.

Pourquoi n’installe-t-on pas plus de photovoltaïque en toiture en priorité ?

Le coût d’une installation en toiture est d’environ 2 €/Wc , soit 7 fois le prix d’une installation au sol, tous frais compris.

Les installations en toiture doivent également prendre en compte le type de charpente, le type de couverture, la présence d’amiante, le dimensionnement du raccordement au réseau électrique existant etc.

Le solaire est-il subventionné en France ?

Comme toutes les sources d’énergie décarbonées, y compris le nucléaire, le photovoltaïque est soutenu par des aides publiques.

Pour les installations photovoltaïques au sol de grande taille (plus de 250 KWc), cette subvention passe par un dispositif d’obligation d’achat de l’électricité produite. C’est l’entreprise EDF qui assure cette disposition à travers la mise en place d’appels d’offre dans lesquels les projets sont mis en concurrence, notamment sur leur proposition de tarifs de rachat d’électricité. Ce mécanisme pousse les développeurs à diminuer leur prix de rachat de l’électricité de manière à obtenir le soutien des pouvoirs publics. Ce mécanisme permet d’obtenir des prix de plus en plus bas chaque année, réduisant progressivement la dépendance de la filière aux subventions tout en lui permettant d’arriver à maturité.
Actuellement, les tarifs de l’électricité sur les cours de la bourse à l’échelle européenne (marché spot), sont largement au-dessus des tarifs proposés par les centrales photovoltaïques au sol situées en France, avec un facteur 4.

Une installation fournit-t-elle plus d’énergie que celle consommée pour sa fabrication ?

Oui, une installation photovoltaïque produit plus que l’Energie nécessaire à sa fabrication. En moyenne, une installation est rentabilisée en 1 à 2 ans en France.

Quelle est la durée de vie d’une installation ?

La durée de vie d’une installation est estimée à 30 ans, avec une perte d’efficacité de l’ordre de 0,5 %/an. Les fabricants de panneaux PV garantissent une durée de vie de 25 à 30 ans, pendant laquelle la puissance reste au moins égale à 80 % de la valeur nominale. Certains fabricants commencent à proposer des gammes de panneaux garantis 40 ans.

La dégradation peut varier selon le type de module et l’environnement.

Un panneau solaire est-il recyclable ?

La collecte et le recyclage des panneaux et des onduleurs est devenu une obligation légale. Leur financement est assuré à l’achat par la mise en place d’une écotaxe.

Un panneau est revalorisé à 95%, c’est-à-dire que certains éléments sont recyclés, d’autres, non recyclables, sont réutilisés ou transformés. Le verre, l’aluminium ou le silicium sont des éléments que l’on peut le plus facilement recycler et ça tombe bien, ils sont majoritaires dans un module photovoltaïque !

Un éco-organisme a été mis en place par la filière et agrée par l’Etat pour centraliser le traitement à l’échelle de la France, il s’agit de Soren, anciennement PV-Cycle. Leur usine se situe à Rousset (13).

Les modules contiennent-t-ils des terres rares ?

Les modules photovoltaïques n’utilisent pas de terres rares. Certains matériaux utilisés peuvent êtres en contraintes sur le marché des matières premières, comme l’argent (Ag) ou l’indium (In) mais au même titre que n’importe quel élément informatique ou électroménager.

Comme pour d’autres thématiques, le déploiement du photovoltaïque dans le mix électrique de nombreux pays a permis l’amélioration des technologies. Ainsi, 16 g/W de silicium étaient nécessaire en 2004, contre 3 g/W en 2020.

Autres questions

Comment sont calculées les estimations de couverture énergétique en équivalent habitants ?

L’estimation de la couverture électrique de nos projets est réalisée sur la base d’une même valeur de référence pour l’ensemble du site internet. Par souci d’uniformité, nous n’utilisons pas de données régionalisées puisque celles-ci découlent de caractéristiques climatiques et habitudes de consommation variables (chauffage, climatisation…).

Il y a plusieurs façons de considérer la consommation électrique moyenne d’un français, cela dépend de ce qui est intégré dans les usages. La valeur de référence que nous utilisons est basée sur la consommation d’électricité globale de la France en 2019 (441 TWh – donnée la plus récente), tous secteurs confondus, que nous divisons par le nombre d’habitants, soit 67 millions. Les données utilisées sont les dernières établies par l’AIE (Agence Internationale de l’Énergie – référence sur la question de l’énergie) pour ce qui est de la consommation électrique, et l’INSEE en ce qui concerne le chiffre de la population française.
La consommation électrique annuelle moyenne d’un français s’élève donc à 6 582 KWh. Cette valeur intègre à la fois l’usage domestique mais aussi la consommation des entreprises qui produisent des biens et services à destination des français.

Enfin, la couverture électrique de chaque projet est obtenue en divisant sa production annuelle attendue (prévision moyenne sur une période de 20 ans) ou effective (projets en service) par la consommation électrique annuelle moyenne d’un français détaillée ci-dessus.

Concession et autorisation pour les ouvrages hydroélectriques

Le statut juridique des ouvrages hydrauliques a été inscrit dans le droit français (la loi du 16 octobre 1919 : il existe deux régimes juridiques complémentaires en fonction de la puissance.

Au dessus de 4,5 MW, l’Etat propriétaire de l’ouvrage confie l’exploitation de la concession à l’opérateur (L 511-5 du code de l’énergie), alors que dans le régime de l’autorisation, en dessous de 4,5 MW de puissance installée, c’est l’opérateur qui est propriétaire (L531-1 du code de l’énergie renvoyant aux articles L214-1 à L214-11 du code de l’environnement).